Le tourisme : « des bulles de bonheur dans un monde chaotique »

P1270119

Le Machu Picchu, menacé par la sur-fréquentation touristique

Le réchauffement climatique force les professionnels du tourisme à s’adapter. En dix ans, le tourisme mondial a augmenté de 25%, accentuant la pression sur les espaces naturels, générant des pollutions et des conflits d’usage. Dépendant du climat, le tourisme peut-il vraiment s’adapter aux enjeux du XXIe siècle ? Philippe Bourdeau posait la question lors du colloque de la Frapna.

Philippe Bourdeau est professeur à l’institut de géographie alpine de Grenoble. Lors du dernier colloque de la Frapna à Grenoble (« quand le changement atteint les sommets »), il a évoqué l’impact du changement climatique sur le tourisme. « Le tourisme a toujours été climato-dépendant. C’est une dramaturgie à répétition et à injonction contradictoire : à la mer, les touristes veulent avoir chaud mais pas trop. A la montagne, ils veulent de la neige et du soleil. D’ailleurs, ça n’a pas toujours été dans ce sens-là. Il y a une centaine d’années, on allait à la mer l’hiver et à la montagne l’été mais le rapport au corps a évolué », introduisait-il.
Le réchauffement : une menace pour le tourisme
Globalement, les acteurs touristiques considèrent le changement climatique comme une menace. Pourtant, le tourisme fait partie du problème : il représente 5% des émissions mondiales de GES et 9% du PIB mondial. En cause : les transports de loisirs, qui devraient encore augmenter de 152% entre 2005 et 2035 si rien n’est entrepris pour inverser la tendance…
Selon l’organisation mondiale du tourisme, en station de sport d’hiver, le transport est responsable de 57% des émissions des GES. Si le réchauffement climatique atteint 4°C, seuls 220 stations alpines sur 660 seront viables. La période d’exploitation sera forcément réduite, avec des problèmes d’approvisionnement en eau et une réduction nécessaire de consommation énergétique.Dans ce contexte, Philippe Bourdeau interroge : « Les stations ont cherché à sortir du tout ski, elles cherchent à sortir du tout neige mais peut-être devront-elles sortir du tout tourisme… »
Et pourquoi pas une « opportunité » ?
Cela peut paraitre un peu tordu, mais le changement climatique peut aussi représenter une « opportunité » pour le tourisme. « Par exemple, les stations pourraient communiquer l’été sur l’air frais des montagnes ! Je pense aussi au tourisme de la dernière chance qui se développe beaucoup : on propose aux touristes d’aller voir des lieux particulièrement menacés avant qu’ils ne disparaissent. Mais dans les faits, on constate une érosion du tourisme sur les glaciers, notamment au Mont Blanc et dans le massif des Écrins », souligne Philippe Bourdeau.
Le tourisme aura-t-il encore du sens demain ?
Au final, la question que personne ne veut se poser est bien celle-ci : le réchauffement climatique a déjà un impact sur nos déplacements, nos logements, nos métiers… Pourquoi n’en aurait-il pas sur nos loisirs ? « Pour l’instant, beaucoup d’acteurs du tourisme ont une vision immunitaire : ils veulent absolument préserver des bulles de bonheur dans un monde chaotique. Mais quel sens ces propositions auront-elles demain ? Il faut admettre qu’on ne pourra pas conserver nos modes de vie. Le tourisme ne doit plus être conçu comme une finalité en soi. Il faut qu’il retrouve du sens : c’est l’attraction des territoires qui doit générer le tourisme », concluait Philippe Bourdeau.

Le tourisme durable pourrait en partie résoudre cette équation impossible, en préservant les ressources naturelles, culturelles et sociales des territoires.

Pour aller plus loin : https://rga.revues.org/1049

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s